Cinéma | Festival Premiers Plans Cinéma | Festival Premiers Plans
L’Institut français est le partenaire à l’international du festival Premiers Plans d’Angers qui révèle d’année en année de nouveaux talents français et européens. Pour... Cinéma | Festival Premiers Plans

L’Institut français est le partenaire à l’international du festival Premiers Plans d’Angers qui révèle d’année en année de nouveaux talents français et européens. Pour la première fois au Cambodge, une collection de 5 longs-métrages issus des éditions récentes du festival ainsi qu’un programme de courts-métrages seront projetés à l’Institut français du Cambodge dans le cadre du Cambodia International Film Festival.

Consacré aux premières œuvres cinématographiques européennes, le festival Premiers Plans d’Angers met en compétition une centaine de premiers films européens, et met en lumière de nombreux premiers films de jeunes réalisateurs. C’est aujourd’hui un rendez-vous culturel incontournable, reconnu par les artistes et les professionnels, suivi par un public curieux et enthousiaste et soutenu par de nombreux partenaires et personnalités.

Tous les films sont en français sous-titré anglais.

————————-

Programmation de la semaine

 

MARDI 6 MARS à 16h45 

(en présence de la réalisatrice)

Paris la blanche, de Lidia Terki (2016)

Sans nouvelles de son mari, Rekia, soixante-dix ans, quitte pour la première fois l’Algérie afin de ramener Nour au village. Mais l’homme qu’elle finit par retrouver est devenu un étranger.

MERCREDI 7 MARS à 14h 

(en présence de Xavier Massé – Premiers Plans) 

Programme courts-métrages

L’Âge des sirènes, de Héloïse Pelloquet (2016)
Un été sur une île. À la rentrée, Mattis et ses amis iront ensemble au lycée sur le continent. En attendant, Mattis travaille sur un bateau de pêche. Au port et en mer, il découvre un monde qu’il ne connaît pas.

K-Nada, de Hubert Charuel (2014)
Deux frères que tout oppose, sont paumés sur la route de leurs rêves un peu absurdes. Dans deux jours, ils doivent se rendre à Amsterdam. Greg pour un concours de DJing, Valentin pour en ramener des kilos de marijuana.

Jeunesse des loups-garous, de Yann Delattre (2015)
Entre son travail, son petit copain, son colocataire japonais, Julie avance résolument de travers dans la vie. Sans voir Sébastien qui met pourtant toute sa timidité et sa maladresse à la séduire. Ils se trouveront peut-être lors d’une nuit en oubliant qu’il y a toujours un matin.

Chasse royale, de Romane Gueret et Lise Akoka (2016) 
Angélique, treize ans, vient d’une famille nombreuse de la banlieue de Valenciennes. Ce jour-là, dans son collège, on lui propose de passer un casting.

 

 

MERCREDI 7 MARS à 16h45

(en présence du réalisateur)

Compte tes blessures, de Morgan Simon (2016)

Chanteur charismatique d’un groupe de hard rock, Vincent, 24 ans, a déjà tatoué la moitié de son corps. Avec sa gueule d’ange et son regard incandescent, le monde lui appartient. Mais l’arrivée d’une nouvelle femme dans la vie de son père réveille les tensions. Vincent n’entend plus retenir sa colère, ni son désir.

JEUDI 8 MARS à 12h30

Qui vive, de Marianne Tardieu (2014)

Retourné vivre chez ses parents, Chérif, la trentaine, peine à décrocher le concours d’infirmier. En attendant, il travaille comme vigile. Il réussit malgré tout les écrits de son concours et rencontre une fille qui lui plaît, Jenny… Mais au centre commercial où il travaille, il perd pied face à une bande d’adolescents désoeuvrés qui le harcèlent. Pour se débarrasser d’eux, il accepte de rencarder un pote sur les livraisons du magasin. En l’espace d’une nuit, la vie de Chérif bascule…

 

 

VENDREDI 9 MARS à 18h15

Compte tes blessures, de Morgan Simon (2016)

Chanteur charismatique d’un groupe de hard rock, Vincent, 24 ans, a déjà tatoué la moitié de son corps. Avec sa gueule d’ange et son regard incandescent, le monde lui appartient. Mais l’arrivée d’une nouvelle femme dans la vie de son père réveille les tensions. Vincent n’entend plus retenir sa colère, ni son désir.

VENDREDI 9 MARS à 20h

Patients, de Grand Corps Malade et Medhi Idir (2016)

Se laver, s’habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens…. Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s’engueuler, se séduire mais surtout trouver l’énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l’histoire d’une renaissance, d’un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.

SAMEDI 10 MARS à 11h45

Qui vive, de Marianne Tardieu (2014)

Retourné vivre chez ses parents, Chérif, la trentaine, peine à décrocher le concours d’infirmier. En attendant, il travaille comme vigile. Il réussit malgré tout les écrits de son concours et rencontre une fille qui lui plaît, Jenny… Mais au centre commercial où il travaille, il perd pied face à une bande d’adolescents désoeuvrés qui le harcèlent. Pour se débarrasser d’eux, il accepte de rencarder un pote sur les livraisons du magasin. En l’espace d’une nuit, la vie de Chérif bascule…

SAMEDI 10 MARS à 13h

Hope, de Boris Lojkine (2014)

Alors qu’il traverse le Sahara pour remonter vers l’Europe, Léonard, un jeune Camerounais, vient en aide à Hope, une Nigériane. Dans un monde hostile où chacun doit rester avec les siens, ils vont tenter d’avancer ensemble, et de s’aimer.

SAMEDI 10 MARS à 20h

Patients, de Grand Corps Malade et Medhi Idir (2016)

Se laver, s’habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens…. Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s’engueuler, se séduire mais surtout trouver l’énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l’histoire d’une renaissance, d’un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.