Institut français du Cambodge
Les portraits du Studio Images | Chantal Stoman Les portraits du Studio Images | Chantal Stoman
Chaque année, le Studio Images, l’atelier photo de l’Institut français, invite deux photographes professionnels pour une résidence dédiée à la photographie. Après Laure Vasconi... Les portraits du Studio Images | Chantal Stoman

Chaque année, le Studio Images, l’atelier photo de l’Institut français, invite deux photographes professionnels pour une résidence dédiée à la photographie. Après Laure Vasconi et la photo de mode en mai dernier, Chantal Stoman partage sa technique autour de la photographie urbaine nocturne avec les étudiants du Studio Images ! Le résultat de leurs travaux sera visible lors du vernissage de l’exposition « Une ville la nuit » jeudi 1er septembre à 18h30, et jusqu’au 29 septembre dans la galerie de l’Institut français.

Découvrez Chantal Stoman en 7 questions :

Quand avez-vous commencé la photo ? Comment est née votre passion pour la photo ?

J’ai toujours été passionnée par la photographie. Très jeune, je passais mon temps à regarder des magazines de mode, des livres de photographies. Dès 15 ans, j’ai su que je voulais être photographe. Mes parents m’ont offert un premier appareil photo, puis j’ai pris des cours. Je trouvais que l’image, c’était magique. C’était la mémoire, en mieux. Un souvenir qui ne s’estomperait pas.

Parlez-nous de vos travaux antérieurs ?

J’ai commencé avec la photographie de mode. C’était un milieu qui m’était familier, et qui me fascinait. De belles filles, de beaux vêtements, des décors fabuleux, je trouvais que toute cette beauté réunit dans une même photo, c’était fantastique. Et puis, je me suis lassée de dette perfection, de cette image trop glacée. Et comme j’avais fait des études d’art, je me suis replongée dans ce qui me semblait être plus proche de la vérité. J’ai cherché à me détacher de la mise en scène , pour témoigner de ce qui me semblait non plus beau, mais juste. Mon premier projet personnel s’appelle A Woman’s Obsession. Je l’ai réalisé au Japon. Puis, pendant plusieurs années, j’ai travaillé sur Lost Highway. Récemment, j’ai été invitée à travailler à Rome, et le projet L’Image Culte est né. Parallèlement, je poursuis mes collaborations avec la presse.

Quels sont vos thèmes favoris ?

Finalement, ce qui me passionne, c’est l’humain, l’homme. Même lorsqu’il n’apparaît pas dans mes photos, il est présent, sous-entendu.

Quels sont vos photographes préférés, ceux que vous admirez, ceux que vous voudriez faire découvrir ?

La liste est longue, très longue ! Mais pour n’en citer qu’une dizaine : William Klein, Diane Arbus, Daydo Moryama, Harry Callahan, Garry Winogrand, Saul Leiter, Bruce Davidson, Robert Franck, Vivian Maier, Richard Avedon, …..

Quel est votre meilleur souvenir du Studio Images ?

Le fait d’avoir réellement senti que les élèves découvraient quelque chose de nouveau , l’impression que les éléments tels que la nuit ou le noir et blanc qui leur semblaient totalement incompatible avec leur méthode de photographie habituelle, leur ouvraient subitement d’autres horizons.

Quels conseils donneriez-vous à un(e) jeune photographe pour se lancer ?

Faire des photos, faire des photos, faire des photos, faire des photos…. Regarder des livres de photographes, et j’insiste sur le livre, car internet permet de faire des recherches, mais les photographies, on doit les regarder dans des livres. Le livre, c’est essentiel (et pas seulement en photo…)

Quels sont vos prochains projets ?

En octobre, un livre sort aux Editions Be-Poles : Portraits de Villes: Jérusalem. C’est une très jolie collection, qui offre une carte blanche à un photographe pour présenter la ville de son choix. Une exposition en Hollande dans le cadre du Breda Photo Festival en septembre, je participe également en octobre à un festival dans le sud de la France, à Beaulieu . Un projet d’exposition à New York en 2017.

Après ? …..Qui sait ?