Le bouddhisme theravāda irrigue l’ensemble de la vie politique, économique, sociale et familiale des Cambodgiens dans leur grande majorité. Les monarchies theravādin comme celles...

Le bouddhisme theravāda irrigue l’ensemble de la vie politique, économique, sociale et familiale des Cambodgiens dans leur grande majorité. Les monarchies theravādin comme celles du Cambodge ont inventé un système politique particulier liant de manière spécifique le monarque, les ordres monastiques et les fidèles. Le boudhisme s’immisce aussi dans le cœur de chaque Khmer, apportant réconfort et réponses quant au destin et au culte des défunts.

Qu’entend-on par bouddhisme theravāda? Le bouddhisme est-il une religion ? Mais qu’est-ce qu’une religion ? Comment le Theravāda s’articule-t- il à l’ensemble du système religieux khmer, comment contribue-t-il à créer un ensemble original dont les influences puisent dans le fonds plurimillénaire de l’animisme sud-est asiatique, et les grandes religions indiennes ? Comment a-t-il évolué depuis la tranquille « révolution theravādin » d’après le déclin d’Angkor à partir du 13 ème s., jusqu’à la « modernisation » du bouddhisme sous le Protectorat français au 19ème s. et la multiplication, au 21ème s,. des moyens de communication et de la circulation des moines et des fidèles dans toute la région sud-est asiatique et indienne ?

Le cycle de conférences IRASEC 2018 « Bouddhisme et société » s’intéressera aux acteurs du système religieux khmer plutôt qu’aux doctrines des textes canoniques en prenant en compte le profond renouvellement des sciences sociales du bouddhisme depuis une dizaine d’années.

Les conférencier.es invité.e.s sont tous des chercheur.e.s de terrain au long cours, travaillant dans une discipline particulière des sciences sociales et des humanités (histoire de l’art, bouddhologie, conservation des manuscrits, anthropologie…).

Voir les conférences de ce cycle

Cycle de conférences en partenariat avec l’IRASEC
Organisé par Anne Yvonne Guillou, anthropologue CNRS/IRASEC